Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
ΕΘΑΝΕ

ΕΘΑΝΕ

Actualité, Technologie, Education Religion et Philosophie, Sciences et Vie ...

Rituels africains et contexte socio-culturel

Frère Celestin Ngoura SM

Frère Celestin Ngoura SM

En quoi  l’étude rituelle nous aura-t-elle aidées à résoudre des problèmes qui se posent dans notre contexte socio-culturel, politique, familial, religieux, etc. ? 

En ethnographie, l’on définit le rite comme un acte quasi magique, ayant pour objet  d’orienter une force occulte vers une action déterminée. Ceci nous fait comprendre que la vie de l’africain traditionnel était jalonnée de rite depuis sa conception et ce jusqu’à sa mort. Ce qui fait qu’il évolue avec l’époque et le temps dans sa manière de voir la tradition et de la mettre en pratique. D’où le problème de la nécessité des rites dans notre ère qui se pose. Dans qu’elle mesure  le rite peut-il être utile dans la résolution des problèmes dans  le contexte socio-culturel ? Dans le contexte politique ? Dans le contexte familial ? Dans le contexte religieux ?

            Il existe quatre catégories de rites en Afrique à savoir : les rites pré-initiatiques, les rites initiatiques, les rites de réconciliations ou de purifications et les rites mortuaires. Chaque rite ici cité nous permet de voir que l’une ou l’autre contribue à la résolution des problèmes qui se pose dans nos différents contextes.

            Dans le contexte socio-culturel, les rites initiatiques sont d’une grande importance de ce fait, ces derniers préparent le jeune adulte à devenir mature après avoir passé un temps d’initiation dans un cadre bien précis. On note ici que dans l’initiation on respecte le sexe des néophytes, ce qui fait qu’on initiera chacun selon son sexe. C’est ainsi qu’on initiera les uns pour le mariage et d’autre à être de vrai adulte ceci, en étant passé par une mort symbolique pour marquer ce passage. C’est ainsi que certains accèdent à la connaissance des secrets des clans.  La connaissance de ces secrets permet ainsi aux uns et aux autres de connaitre la gérance de ce patrimoine culturelle et qui dans notre société actuelle, devrai servir de modèle pour mieux organiser notre société et bien la gérer selon l’initiation qu’on a eu au départ. Ceci nous permet d’entrevoir une certaine correction des mœurs, d’être plus responsable dans la gestion des biens et des personnes. Ainsi cette bonne éducation reçue à la base nous permet de voir qu’il faut des personnes vertueuses pour bien faire marcher la société. 

            Dans le contexte politique, les rites d’initiations concours à une bonne gouvernance du peuple par ses dirigeants. Si on prend le cas du mbo mbog en culture bassa, il est le garant de la tradition. Certes il n’est pas le chef, mais il joue ce rôle parfois. Il est ainsi un modèle que nos chefs d’Etats doivent copier car, il est soucieux de son peuple, enseigne les relations qui doivent exister entre le gouvernant et le gouverné et aussi celui d’avoir un esprit de collaboration avec les autres. Comme pour dire que le problème ne devrait pas en principe trouver des difficultés dans le fonctionnement et son organisation si à la basse il ya une bonne entente, une franche collaboration  entre gouvernant et gouverné, il y aura toujours la paix et la stabilité dans ce pays.

            Dans le contexte de la famille, les rites pré-initiatiques, les rites initiatiques et même de purifications jouent un grand rôle. Tous ces rites contribuent ainsi dès le bas âge à préparer la naissance de l’enfant pour qu’il naisse dans de bonnes conditions, la jeune fille qui est initiée dans toutes les pratiques assurant une bonne tenue de son foyer conjugale, une bonne épouse, elle doit l’être et doit tout faire pour que sa famille prospère. Au jeune garçon de bien tenir son foyer et de prendre toute les responsabilités possibles. La tradition nous fait savoir que, ne se mariait que celui qui était apte et avait passé son initiation avec brio. Or quand nous regardons ce qui ce passe aujourd’hui, il manque quelque chose. A nous de faire appel aux anciens pour revaloriser notre culture et la remettre en pratique du moins dans une certaine mesure en recourant à ce qui nous est utile pour notre bien être au sein de nos familles.

            Dans le contexte religieux, nous dirons que les rites dans ce contexte dépendent de ce dont on a besoin de comprendre ou de faire. Il existe des rites propres à la tradition religieuse qui aujourd’hui ont besoin d’être revisité avec la tradition africaine, qui a beaucoup à apporter à la tradition religieuse. Aujourd’hui, nous parlons d’inculturation dans l’Eglise grâce à saint Jean-Paul II qui, a sentit le besoin de revisiter cette tradition. Au Cameroun nous avons des rites propres à notre tradition qui y sont introduit pour mieux louer Dieu et le magnifier. Nous citons entre autre l’introduction du balafon et du rite funéraire qui est l’Esani en l’honneur du Christ qui mérite cette dance réservé aux princes lors de leurs cérémonies funéraires. Au Congo Kinshasa il y a de nombreux rites qui sont introduit dans le cérémonial de la messe selon le Missel Romain. Nous pourrons ainsi dire que la tradition religieuse et celle africaine ont besoin l’une de l’autre pour mieux passer le message d’évangélisation ainsi que celui de la tradition. Mais cela ne veut pas dire qu’il faut les confondre car, elles sont juste complémentaire l’une à l’autre.

                Somme toute, il a été question pour nous tout au long de notre analyse de montrer l’utilité des rites dans notre contexte aujourd’hui, ceci a pour but de palier aux problèmes que nous rencontrons dans différents domaines de la vie. Pour  ce faire, nous avons abordé sa nécessité dans le contexte socio-culturel, politique, familial et religieux. Une chose est certaine, pour mieux avancer dans la vie, il faut toujours faire recours à la tradition. En effet, dans la tradition il y a beaucoup à apprendre de nos traditions pour mieux construire et organiser notre monde d'aujourd’hui. Le constat est claire aujourd’hui nous avons abandonné notre culture au profit des fausses illusions que nous vendent les médias occidentaux et de nouvelles pratiques qui dévalorisent à la limite la nature même de la famille.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article